Un peu d’Armorique chez nos Géoparcs voisins !

De l’imposant Grès armoricain jusqu’au granite des monts d’Arrée, les formations géologiques du Geopark permettent de reconstituer l’histoire de l’Armorique au cours des ères géologiques. Mais la géologie n’a pas de frontières ! Il n’est donc n’est pas surprenant d’avoir des similarités entre l’histoire géologique du Geopark Armorique et celle de ses voisins européens. Intéressons-nous ici à deux Géoparcs mondiaux UNESCO : celui de Naturtejo (Portugal) et du Black Country (Angleterre), pour avoir un petit aperçu des similarités entre ces territoires !

Il fut un temps à l’Ordovicien… 

Il y a 470 Millions d’années (Ma), une mer peu profonde prenait place sur le territoire du Geopark Armorique, mais également sur une grande partie du mégacontinent méridional, le Gondwana (figure 1). Dans un environnement littoral aux plages immenses, de grandes quantités de sable se sont déposées pendant plusieurs millions d’années. Au fur et à mesure de la sédimentation, via un processus d’enfouissement que l’on appelle la diagénèse, les grains de sable finirent se sont consolidés pour former le Grès armoricain au cours de l’Ordovicien : il est aujourd’hui possible d’observer cette roche sédimentaire à la pointe de Pen Hir (Camaret-sur-Mer), à la Montagne Saint-Michel dans les monts d’Arrée ou encore au Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas).

Figure 1- Carte paléogéographique mondiale à l’Ordovicien. La croix rouge indique la position de l’Armorique et le (A) indique celle de l’Angleterre. Les continents émergés sont en vert, les plateformes continentales immergées sont en bleu ciel. Les espaces océaniques apparaissent en bleu et les lignes rouges indiquent les zones de subduction. Modifiée d’après Scotese.C.

Mais l’Armorique n’est pas la seule à avoir fait ses réserves de sable durant l’ère Ordovicienne. En effet, la pointe ibérique (comprenant l’Espagne et le Portugal) était autrefois rattachée à l’Armorique, bien avant l’ouverture du golfe de Gascogne qui fit ensuite pivoter l’Ibérie, à l’origine de la chaîne Pyrénéenne. On retrouve ainsi les mêmes formations sédimentaires en Armorique et au Portugal, au sein du Géoparc mondial UNESCO Naturtejo de la Mesata Meridional.

Figure 2 – Modèle 3D de différentes traces fossiles laissées par le passage de trilobite sur le fond de la mer. Ces ichnofossiles de type Cruziana retrouvés dans le Géoparc mondial UNESCO Naturtejo (Portugal) sont similaires à ceux que l’on retrouve dans les formations du Cap de la Chèvre en presqu’île de Crozon. (Neto de Carvalho et.al, 2016).

Les dépôts sédimentaires ne sont cependant pas les seuls éléments que nous avons en commun avec la péninsule ibérique. En effet, les organismes peuplant les mers ordoviciennes étaient communs en Armorique et au Portugal. On trouve ainsi notamment des traces fossiles (ou “ichnofossiles”) similaires dans les Grès Armoricain portugais et français. Ces ichnofossiles dont le nom scientifique est Cruziana, correspondent à des empreintes laissées sur le sable par le passage de trilobites, puis fossilisées lors de la transformation du sable en grès (figure 2).

Un peu plus tard au Carbonifère…

Près de 150 Ma se sont écoulés depuis la formation du Grès armoricain. Pendant ce temps, les masses continentales se sont rapprochées petit à petit de l’ordre de quelques cm/an pour former le continent unique que l’on appelle Pangée (figure 3). Afin de constituer cette Pangée, il a néanmoins fallu faire rentrer en collision les deux mégacontinents Gondwana au Sud et Laurussia au Nord. Cette collision a ainsi formé une grande chaîne de montagne longue de plusieurs milliers de kilomètres : la chaîne Hercynienne, aussi appelée chaîne Varisque.

Figure 3 – Carte paléogéographique mondiale au Carbonifère. L’Armorique est située au niveau de la croix rouge. La chaîne Hercynienne est indiquée en marron. Modifiée d’après Scotese.C.

Mais la nature n’étant pas très clémente avec les reliefs, ces montagnes se sont « rapidement » érodées pour former in fine les paysages que nous connaissons, aujourd’hui. Mais l’histoire de cette portion de la chaîne Hercynienne ne s’arrête pas là.

Figure 4 – Photographie d’un lit de rivière fossile provenant du Géoparc mondial UNESCO du Black Country. Les galets qu’il contient proviennent de la grande chaîne Hercynienne qui prenait place en Armorique.

En effet, l’ancienne montagne ne s’est pas évaporée comme par magie. Les sédiments issus de l’érosion des reliefs ont été transportés à l’aide de rivières sur plusieurs centaines de kilomètres. C’est d’ailleurs ce que retrouvent nos collègues géologues du Géoparc mondial UNESCO du Black Country » (Angleterre). Ce territoire présente en effet plusieurs lits de rivières fossiles où ont pu sédimenter des fragments de la chaîne Hercynienne (figure 4).

Les cailloux armoricains avaient déjà commencé à coloniser l’Angleterre par la mer il y 300 Ma !


Références 

Neto de Carvalho C, Baucon A, Bayet-Goll A, Belo J (2021). The Penha Garcia Ichnological Park at Naturtejo UNESCO Global Geopark (Portugal): A geotourism destination in the footprint of the Great Ordovician Biodiversification Event. Geoconservation Research.

http://www.scotese.com/

Lien vers les sites web des Géoparcs cités 


Auteur : Nicolas Esteves, sous la direction de Martial Caroff (UBO).

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×